O comme… O.J Simpson – Le fugitif back

Mais que vient donc faire ce Monsieur Simpson avec nos New York Knicks?
Quelqu’un se souvient-il d’un Simpson ayant porté le jersey Orange & Bleu? Absolument pas!
Mais alors qui est donc ce O.J Simpson? Il ne s’agit tout de même pas d’un personnage de la série animée?
Non rien à voir!

Faisons rapidement les présentations.
O.J. Simpson, Orenthal James Simpson pour l’administration Américaine, est un ancien joueur de foot US.
A sa sortie d’université, où il a pu s’illustrer avec les Trojans d’USC, O.J. devient le 1er choix de la draft NFL 1969. Il effectue la quasi totalité de sa carrière professionnelle aux Buffalo Bills. Un des meilleurs running back de l’histoire, il effectue une dernière saison au 49ers de San Francisco, sa ville natale, avant de raccrocher en 1979. Intronisé au Hall Of Fame en 1985 il se reconvertit dans une carrière d’acteur et commentateur sportif.

previous arrow
next arrow
Slider

Bon très bien mais pour l’instant on voit toujours pas le rapport avec les Knicks.
Et bien c’est à bord d’une Ford Bronco blanche, en compagnie de son ancien coéquipier AC (pour Al Cowlings rien à voir avec A.C Green l’ancien joueurs des Lakers…) directement depuis une highway de Los Angeles qu’O.J. va faire une entrée fracassante dans l’histoire des New York Knicks et de la Nba.

Nous sommes alors le vendredi 17 juin 1994, à l’autre bout du pays, au Madison Square Garden en plein coeur de New York, en plein cœur des finales Nba opposant les Houston Rockets et les New York Knicks. Michael Jordan profite de sa première retraite en tentant de faire sa place sur les terrains de baseball après un three-peat épuisant avec les Chicago Bulls qui ont notamment privé les Knicks de finale Nba un an plus tôt.

 

La place libre est désormais libre pour les nombreux aspirants au titre. La Nba cherche donc le successeur à Michael et on change totalement d’ambiance pour ces finales 1994 avec un duel de pivots bien à l’ancienne: Hakeem Olajuwon vs Patrick Ewing. Après 10 ans passés en Nba, les 2 hommes se retrouvent de nouveau opposés en finales. La dernière fois c’était lors de la finale NCAA du Final Four de 1984 pour l’affiche Houston Cougars vs Georgetown Hoyas. Olajuwon ne portait alors pas de H à son prénom, et c’est Patrick qui avait porté les siens jusqu’au titre.

Cette série est rugueuse, physique, axée sur la défense (c’est bien connu l’attaque fait gagner des matchs, la défense des titres…) et les 2 équipes se livrent une bataille sans merci (pas un match à plus de 93pts), se rendant coup pour coup.

Nous sommes encore à l’époque de l’ancien format des finales, 2-3-2. Les Rockets avaient l’avantage du terrain et recevaient les premiers. Victoire 85-78 de Houston en ouverture lors du match 1. Les Knicks répondent en s’imposant 91-83 au match2. Match 3, au Garden, les Rockets reprennent la main sur la série sur le score de 93-89. Match 4 New York s’impose à la maison 91-82 pour ramener les 2 équipes à 2 partout dans la série.

Ce match 5 peut donc devenir un vrai tournant dans la série avant de retourner à Houston.

Défaite interdite à domicile si les hommes de Pat Riley ne veulent pas accorder aux Texans un avantage psychologique qui pourrait leur être fatal.

L’ambiance de folie au Madison Square Garden pour ce dernier match des Nba Finals à Big Apple. La rencontre est diffusée sur la chaîne NBC, le public est à fond derrière son équipe quand soudain, au milieux du 2eme quart temps, alors que le score est de 34 à 32 pour les Knicks (oui oui vraiment une toute autre époque), la diffusion live est interrompue par les images de cette Ford Bronco blanche filant à toute allure.

Et c’est là que l’on retrouve notre O.J. Simpson et son compère AC. Notre running back retraité va ainsi voler la vedette à nos basketteurs dans une course poursuite retransmise en live and direct comme savent si bien le faire les américains.

Principal suspect dans l’affaire de l’assassinat de son ex-femme Nicole Brown et de l’un de ses amis Ron Goldman intervenu quelques jours plus tôt, l’ancienne star de NFL tente d’échapper à une horde de véhicules de police dans une folle course poursuite sur les autoroutes de L.A.
A une époque sans Internet, Twitter et tous les autres réseaux sociaux, cet événement passionne tous les Américains, joueurs y compris.

 

Kenny Smith, meneur des Rockets : « On nous rapportait par morceaux ce qu’il se passait. On apercevait le retour de la télévision sur la table de marque et la course-poursuite avait déjà commencé. Là, je crie depuis le banc, « les gars, O.J. est en fuite ! » Au milieu des Finals NBA, on se retrouvait à parler de la course-poursuite d’O.J. »

Des audiences record pour ce multiplex Game5/O.J Simpson avoisine les 95 millions de téléspectateurs!
Ambiance irréelle avec même des spectateurs qui vont s’amasser le long de l’autoroute, attendant le passage de cette Ford Bronco blanche et de son cortège de véhicule de police, le tout avec des pancartes “Go O.J.”

«Le moment de télévision le plus bizarre dans lequel j’ai été impliqué », déclara Marv Albert. « C’était comme de la télé-réalité avant l’heure. »
La chasse à l’homme dure près d’une heure, interrompant à de multiples reprise la diffusion de la rencontre. Une anecdote folle circule d’ailleurs sur la durée de cette course-poursuite télévisée.
Et elle est rapportée par Jeff Van Gundy, alors assistant coach de Pat Riley sur le banc des Knicks de l’époque « OJ voulait écouter la fin du match à la radio avant qu’ils ne se fassent arrêter. » « Quand coach Riley nous a raconté cette histoire, j’étais complètement abasourdi par cette situation. Je m’imaginais déjà le gars avec un flingue sur la tempe en train de dire : monte le son de la radio, AC, je veux écouter les dernières minutes du match. »
Le périple d’O.J et AC va finalement se terminer 50 miles plus tard, dans le calme juste avant la fin de notre Game 5, devant son domicile où le 27 officiers du SWAT l’attendaient.
Au Garden les Knicks finiront par distancier les Rockets dans le moneytime et derrière un Patrick Ewing des grands soirs (25pts à 11/21,12 rbds,8 blks) vont finir par s’imposer 91 à 84.

Mais la fin de cette histoire sera beaucoup moins heureuse.
Tant pour les Knicks qui s’inclineront de justesse à Houston (84-86) dans le match 6, puis au match 7 (84-90) laissant ainsi filer le 3ème titre de champion de l’histoire de la franchise…

La justice américaine finira par rattraper notre fugitif O.J. Simpson. Même s’il est acquitté en 1995 à la suite d’un procès au pénal très médiatique, il va être déclaré coupable au civil en 1997 et devra s’acquitter de plus de 33 millions de dollars de dommages et intérêts à la famille des victimes.
C’est finalement en 2007 qu’il sera condamné à 33 ans de prison suite à des accusations de vol à main armée et enlèvement. Après 9 années passées derrière les barreaux, il ressort libre le 1er octobre 2017…

L’histoire des New York Knicks est remplie de drama en tout genre entre. Révélations, déclarations, polémiques, accusations, procès, la vie n’est pas un long fleuve tranquille à Gotham. Mais c’est bien malgré elle que notre franchise marqua l’histoire en finales Nba avec une Ford Bronco blanche… So Knicks!

O aussi comme : Oakley-Charles, O‘Quinn-Kyle… back